Objectif 1

Canada : 32e sur 41 pays

 « Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde »

CIBLE 1.2
Réduire de moitié au moins la proportion d’hommes, de femmes et d’enfants de tout âge qui vivent la pauvreté sous tous ses aspects, d’après les définitions nationales qui en sont données.

 


LA PAUVRETÉ CHEZ LES ENFANTS Selon LA MESURE DE FAIBLE REVENU APRÈS IMPÔT DE STATISTIQUE CANADA

  • Dans la région métropolitaine de recensement de Montréal en 2015, 16,4 % des enfants âgés de moins de 18 ans vivaient en situation de faible revenu (Figure 1.1).

    Ce pourcentage est inférieur à celui de 17,7 % à Vancouver, 18,7 % à Toronto et 17,4 % dans l’ensemble du Canada.
  • Dans la région métropolitaine de recensement de Montréal en 2015, 37,3 % des enfants vivant dans une famille monoparentale connaissaient une situation de faible revenu (Figure 1.2).

 

SELON LES COMPILATIONS DE L’INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC (ISQ) ET D’APRÈS LA MESURE DE FAIBLE REVENU (MFR) APRÈS IMPÔT :

  • Dans la région administrative de Montréal en 2014, 30 % des familles monoparentales vivaient une situation de faible revenu, en baisse par rapport à 33 % en 2010.

    En comparaison, 11 % des couples avec deux enfants vivaient une situation de faible revenu en 2014, en baisse par rapport à 13 % en 2010.
  • À Laval en 2014, 21 % des familles monoparentales vivaient une situation de faible revenu, en baisse par rapport à 22 % en 2010.

    En comparaison, 5 % des couples avec deux enfants vivaient une situation de faible revenu en 2014, comme en 2010.
  • En Montérégie en 2014, 22 % des familles monoparentales vivaient une situation de faible revenu, en baisse par rapport à 24 % en 2010.

    En comparaison, 3 % des couples avec deux enfants vivaient une situation de faible revenu en 2014, en baisse par rapport à 4 % en 2010.

Figure 1.1

Pourcentage d’enfants âgés de moins de 18 ans vivant dans un ménage à faible revenu selon la mesure de faible revenu (MFR) après impôt, tous les types de familles, 2015.

 SOURCE : Statistique Canada, Tableau CANSIM 111-0015.

Figure 1.2

Pourcentage d’enfants âgés de moins de 18 ans vivant dans un ménage à faible revenu selon la mesure de faible revenu (MFR) après impôt, familles monoparentales seulement, 2015.

 SOURCE : Statistique Canada, Tableau CANSIM 111-0015.

À Montréal, 16,4 % des enfants de moins de 18 ans vivaient dans un ménage à faible revenu en 2015

35,8 % des quartiers canadiens à faible revenu sont à Montréal

Un autre aspect du visage de la pauvreté est la concentration de personnes à faible revenu dans certains quartiers, et ses impacts sur les perspectives des enfants issus de ces milieux.

Statistique Canada définit un « quartier à faible revenu » comme un quartier où au moins 30 % des personnes qui y vivent ont un faible revenu, c’est-à-dire un revenu en dessous de la mesure de faible revenu (MFR) après impôt.

  • Au Québec en 2015, 14,4 % des enfants âgés de moins de 18 ans vivaient en situation de faible revenu. Ce pourcentage est le plus bas parmi toutes les provinces canadiennes. C’est au Manitoba que le taux était le plus élevé, avec 27,5 %.
  • Au Canada en 2011, la plupart des quartiers à faible revenu se trouvaient dans les grandes régions métropolitaines de Montréal, Toronto et Vancouver.
  • Montréal avait le plus grand nombre de quartiers à faible revenu : des 478 quartiers à faible revenu au Canada, 171 (35,8 %) étaient à Montréal. Toronto et Vancouver représentaient respectivement 15,7 % et 7,1 % de ces quartiers.

Les familles bénéficient des impôts et des transferts sociaux

Pour rendre compte de la contribution des impôts et transferts sociaux à la réduction de la pauvreté, la mesure utilisée est celle du seuil de faible revenu (SFR), calculé avant ou après impôts et transferts.

CIBLE 1.3
Mettre en place des systèmes et mesures de protection sociale pour tous, adaptés au contexte national, y compris des socles de protection sociale, et faire en sorte que, d’ici à 2030, une part importante des pauvres et des personnes vulnérables en bénéficient.

Dans la région métropolitaine de recensement de montréal en 2015, les impôts et transferts faisaient passer le pourcentage des moins de 18 ans qui vivaient en situation de faible revenu de 22 % à 14 %.

  • Pour les enfants vivant dans des familles biparentales, les impôts et transferts faisaient passer le pourcentage des enfants qui vivaient en situation de faible revenu de 20 % à 11 %.
  • Pour les enfants vivant dans une famille monoparentale avec une femme à sa tête, la situation était plus préoccupante : les impôts et transferts faisaient passer le pourcentage des enfants qui vivaient en situation de faible revenu de 38 % à 30 %.

Indicateurs de pauvreté : Différents indicateurs sont utilisés pour rendre compte de la pauvreté. Nous en avons utilisé deux :

  1. Le seuil de faible revenu (SFR) : une famille est considérée à faible revenu si elle consacre une plus grande part de son revenu après impôt pour se nourrir, se loger et se vêtir que ne le fait la famille moyenne. Le SFR correspond au revenu des familles dont la part consacrée à l’alimentation, au logement et à l’habillement dépasse de 20 points de pourcentage la part du budget que les familles canadiennes consacrent à ces biens essentiels, en moyenne. Il s’agit d’une mesure absolue.
  2. La mesure de faible revenu (MFR), avant ou après impôt : une famille est considérée à faible revenu si son revenu est inférieur à la moitié du revenu familial médian de l’ensemble des familles, ajusté en fonction de la taille et de la composition du ménage. Il s’agit d’une mesure relative.